Tsubasa Dimension Forum


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [TRC] Bibi's fic : THE CHILD + montages.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bibi-chan
Chercheur de plume
avatar

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 38
Localisation : Paris
Date d'inscription : 10/08/2008

MessageSujet: [TRC] Bibi's fic : THE CHILD + montages.   Dim 10 Aoû 2008 - 21:18

Fanfiction inspirée de TRC.

Réservée à un public averti : angst, lemon (sexualité explicite), deathfic, viol.

Trailer :


http://www.youtube.com/watch?v=H_VwuXaW13M

First Trailer :

http://www.youtube.com/watch?v=LW0LB7c2QtI

RESUME :

Compagnons de voyage arrivés dans un monde inconnu,
Vous y faites avec stupeur une rencontre des plus inattendues.

La plume convoitée étant confinée dans le cœur d’une jeune beauté,
Comment ferez-vous pour la récupérer dans cet endroit singulier,
Où force et courage ne vous seront d’aucune utilité ?

Pauvres infortunés dans ce périple mouvementé,
Que ferez-vous lorsque vous serez rattrapés par le passé ?
Confrontés à cette malédiction qui avait été enfouie dans les entrailles de ce mausolée,
Et qui n’aurait jamais dû être libérée ?

Cette Reine est revenue des Enfers pour vous mener six pieds sous terre.
Accompagnée de son Gardien, ils forment là un tandem lubrique et sanguinaire.

Et ces amants maudits par la cruauté de la vie,
Pourraient bien vous démontrer que l’ennemi se dissimule parfois sous les traits d’un ami…

Fan arts, by Neko AP :




LIEN :

THE CHILD


EXTRAITS

*Chapitre 9, The Tomb.*

“Ces ruines étaient un mausolée édifié en vertu d’une Reine nommée Néis, autrefois vénérée comme une déesse et appartenant à une lointaine contrée. Cette dernière était douée d’un immense pouvoir et avait trouvé le moyen de modifier son métabolisme et ralentir le vieillissement de son organisme. A l’âge de cent cinquante ans, elle avait l’apparence d’une jeune fille de dix-sept ans. Elle avait toujours cru en l’existence d’autres mondes et avait finalement trouvé le moyen d’y accéder, après de longues années de travail pour intensifier sa puissance. Elle s’était créé des ailes en concentrant sa magie dans une plume ordinaire et en fusionnant avec elle.
[…] La famille Clow avait fondé la ville dans ce pays désertique il y a deux cents ans. Elle n’avait trouvé que récemment les ruines attenantes à la communauté et Clow Lead en avait immédiatement ordonné les fouilles. Les archéologues y avaient découvert une petite pièce au sous-sol, aux portes richement décorées et dont l’entrée était restée intacte. […] En y pénétrant, ils avaient été surpris de trouver un cadavre de la taille d’un jeune homme encore à l’état de putréfaction, comme si une quelconque magie avait décéléré sa décomposition. […] Un symbole était brodé sur sa tunique au niveau de la poitrine, rappelant la forme singulière du gigantesque monument qu’ils avaient déterré. Cela ressemblait à des ailes. Ce même emblème était gravé dans la dalle funéraire sur laquelle il reposait.
Les chercheurs avaient réussi à pousser la lourde pierre pour ouvrir la tombe. Ils avaient été stupéfaits d’y découvrir la dépouille d’une femme dans le même état que le précédent défunt, accompagnée d’une centaine de plumes. […] Ils étaient descendus à l’aide d’une échelle pour l’examiner de plus près et avaient remarqué des traces de sang séché sur les murs. Et en inspectant plus attentivement les cloisons de ce caveau, ils avaient trouvé des ongles restés accrochés aux parois. Leur conclusion fut sans appel : elle était encore en vie le jour où on l’avait mise sous terre.
[…] Le Roi avait employé son don pour interroger ces morts d’un autre temps et connaître l’avenir. […] Il avait vu le jeune homme enterrer vivante sa bien-aimée à l’aide de sa magie et exiger qu’on l’emmure avec elle, ne pouvant se résigner à l’abandonner seule à son triste sort. Ses cris larmoyants lui avaient déchiré le cœur mais il ne devait pas la libérer. Il avait su qu’elle tentait de se hisser jusqu’à l’ouverture de sa sépulture car il avait entendu ses plaintes lorsqu’elle chutait. Mais le plus insoutenable était quand elle se mettait à pleurer en murmurant doucement son prénom, lui affirmant inlassablement son amour sans jamais attendre de réponse. Car elle n’avait jamais su qu’il était resté à ses côtés pour l’accompagner dans le berceau impénétrable de la mort.”


*Chapitre 15, Suffering, La Pureté Violentée.*

“Je fixai le sang qui contrastait affreusement avec la couleur unie du marbre blanc sur lequel on m’avait violée et j’eus un haut-le-cœur en voyant ce témoignage flagrant de la barbarie qui avait eu lieu de cette nuit.

Peux-tu imaginer ma douleur ?

Un battement d’aile éveilla soudainement mon attention et je vis une colombe qui s’était introduite par la fenêtre restée ouverte, se poser près de la flaque symbole de mon enfance ravagée et tourner ses yeux vers moi. Il me semblait qu’elle considérait avec peine mes tortures endurées. Au bout de quelques minutes, elle finit par s’en aller en abandonnant une de ses plumes lors de son envol. La plume angélique tomba au beau milieu de ce liquide conséquence de l’acte tragique, remplaçant sa blancheur immaculée par l’affreuse couleur de ma candeur ruinée. J’ai toujours conservé cette plume, tâchée par le souvenir de cette nuit.
Je voulais faire revenir en moi le sang de ma virginité arrachée, c’est pourquoi bien des années plus tard je l’ai utilisée. Et je ne te l’ai jamais dit, mais c’est à partir d’elle que mes ailes sont nées et que je t’ai créé, faisant couler dans tes veines le même fluide sanguin perdu ce jour-là en même temps que ma vertu.

Tu es mon innocence volée.
Ma pureté violentée.

[…]Alors mon ami, mon dévoué Gardien des Plumes, puisque c’est ainsi que l’on t’appelle désormais, achève ta mission et anéantis mon aura maléfique qui est revenue d’outre-tombe à travers mes plumes magiques. Emprisonne cette aura qui n’est que le triste reflet de ce que j’étais avant, car je ne ressens plus cette haine d’antan enflammer mon âme aujourd’hui soulagée. Et rejoins-moi ensuite dans ce berceau de sérénité où je me trouve."



*Chapitre 18, Fye’s Past.*

“Cette Aura… Cette Aura malsaine revenue d’une époque lointaine. Cette pernicieuse et prestigieuse énergie, détenue par cette Impératrice au royaume anéanti et qui avait été à l’origine de mon sort de mignon asservi. Cette Souveraine qui s’était laissé séduire par la folie de mon Roi et qui avait été l’instigatrice de ma condition d’autrefois. Cette femme que l’on avait dit d’une grande beauté mais dont je n’avais jamais connu ni le visage ni le nom de sa réelle contrée. Seuls son prénom et son appartenance à une autre dimension m’avaient été dévoilés. A moi l’orphelin apeuré qui, pour me nourrir, n’avait fait que voler quelques pommes, tandis que je travaillais chaque jour à en mourir et que l’on me traitait comme une bête de somme. A l’époque, j’avais cru que l’on renforcerait mon labeur pour me faire payer le prix d’avoir été un petit chapardeur. Jamais je n’aurais pensé que ma vie prendrait un tel chemin, moi l’enfant injustement dépourvu de mes droits d’être humain, pour finir prisonnier du lit de mon Seigneur avili. Même si, bien des années plus tard, son inconditionnel amour l’avait poussé à faire de moi son apprenti magicien, je m’étais juré de récupérer cet honneur perdu en le privant de ses propres biens. Eternellement enchaîné par les liens invisibles du repos sans fin, telle avait été la destinée que je m’étais promis de lui réserver le jour où j’ai fêté l’anniversaire de mon premier centenaire. ”


*Chapitre 19, Confession... Athénaïs, La Mirabilis.*

“Alors toi… Toi qui liras un jour cette histoire qu’une âme peinée par nos vies tourmentées, tentera de retranscrire avec ses propres mots, de manière maladroite parfois ; toi qui liras à travers les lignes de cet inconnu le scénario de nos destins dissolus… Sois indulgent. Tu m’as jugé, tu m’as sûrement détesté pour mes actes passés. Je ne te demanderai donc pas de m’apprécier, mais juste… juste de me comprendre. Simplement de te représenter le fait que j’étais un être humain des plus ordinaires, de par le désir que j’avais d’être père. Le désir que j’avais de vivre comme toi maintenant, avec l’espoir de me voir un beau jour comblé par l’amour de la personne qui hantait mes pensées, d’être à ses côtés, de la choyer, de l’aimer avec mon corps pour enfin concevoir avec elle notre rôle naturel à tous et qui contribue à la survie de notre espèce… celui d’enfanter. Imagine que l’on ait pu m’ôter ce rêve, définitivement. Imagine que l’on m’ait ordonné de tuer et de laisser la Mort m’emporter. Réalise que l’on m’ait demandé, par deux fois, pour le bien de l’humanité, de commettre ainsi un meurtre pour ensuite me laisser crever.

Si cela t’était arrivé, aurais-tu pu le tolérer ?”


"Chapitre 20, Kissed by a Rose."

"Absorbé par mes libidineuses pensées, je ne notai pas qu’elle ramenait mon drap sur elle pour s’en couvrir, avant de s’incliner vers moi. Ce fut son doux baiser qui m’arracha à mes songes érotiques. C’était un de ces chastes baisers que l’on dépose sur les lèvres de son amant pour lui souhaiter une bonne nuit. C’était un baiser si marqué par l’ingénuité, qu’il contrastait affreusement avec mes actuelles rêveries enflammées. C’était un de ces baisers qui démontrait parfaitement qu’en cette seconde, nous n’avions pas elle et moi les mêmes intentions. C’était sa caressante pureté face à ma violente lubricité. Le baiser d’une rose sur la lame épineuse d’un homme en proie aux flammes envieuses.[...] Mes doigts, coquins, s’aventurèrent ensuite jusqu’au Cristal de sa féminité, pour commencer un langoureux massage, répandant sur celui-ci au passage, son généreux liquide de la volupté. Au bout de quelques minutes, je libérai ses lèvres pour m’en aller respirer sa douce fragrance. Ce fut alors qu’elle m’étreignit et que je perçus une de ses mains presser mon dos ; ce fut alors que son souffle devint saccadé ; ce fut alors qu’elle réfugia son visage dans le creux de mon cou ; ce fut alors que j’éprouvai l’entière contraction de son corps. Et ce fut alors, que je l’entendis pour la première fois de ma vie. Le son de sa voix. Le son de son orgasme. "

_________________
Clique sur la ban pour découvrir la fiction ! Réservée à un PUBLIC AVERTI (+ de 18 ans).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[TRC] Bibi's fic : THE CHILD + montages.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les montages photos***Grille-Mystére-N°10*** ouvert à Tous.
» Comment faire des montages à partir de differentes photos ?
» ghost mes montages motogp MAJ 12/01/09 m1 spidey/test 2007
» La couture de bibi...
» [Ro-X-bibi] Akari

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tsubasa Dimension Forum :: Le coin des artistes! :: Fanfics-
Sauter vers: